Comment débuter la méditation de pleine conscience ?

Comment débuter la méditation de pleine conscience ?

Apprendre la méditation de pleine conscience

 

 

La méditation de pleine conscience

 

 

La position pour méditer

 

 

Commencez par vous installer dans un endroit calme, au début cela est important pour pouvoir développer votre concentration. Par la suite, avec l’entrainement ainsi que le développement de votre concentration et de votre attention, votre esprit deviendra de plus en plus fort et stable et vous serez capable de rester concentré même dans un endroit bruyant, cela ne viendra pas perturber l’objet de votre attention, vous serez capable d’observer votre respiration, vos sensations ainsi que vos émotions, c’est la que vous pratiquerez à proprement parlé la méditation de pleine conscience. Vous serez même capable par exemple, de suivre ce qui se dit à la télé tout en étant attentif à l’objet de votre observation, petite expérience personnel assez amusante, mais cela reste une expérience, entendons nous bien, nous ne devons pas méditer avec la télé allumée.

 

Vous pouvez choisir de vous installer en tailleur sur un ou plusieurs coussins d’une hauteur qui vous convienne et à laquelle vous êtes le plus à votre aise, il est bon d’avoir une épaisseur suffisante de façon à avoir le bassin qui bascule un peu vers l’avant, cela permet de garder le bas du dos droit, d’être installé plus confortablement, d’avoir un meilleur équilibre et d’être moins sujet au douleurs.

 

Au début il n’est pas évident de se tenir droit, nous avons tendance à finir avachi sur nous-même en arrondissant le dos et à pencher la tête en avant, mais avec le temps, vous serez capable de vous tenir droit durant une heure. Dans les cas ou nous commençons à somnoler, nous piquons du nez, cela fait parti des aléas de la pratique, le calme mental et la détente peuvent provoquer la somnolence. Quand nous commençons à somnoler nous perdons notre attention et notre concentration, dans ce cas nous devons redoubler d’efforts pour rester vigilant et attentif.

 

Vous pouvez également vous asseoir sur une chaise, l’important est de ne pas avoir le dos en appui sur un dossier, ensuite gardez les pieds à plat sur le sol. Vous pouvez posez vos mains où vous le souhaitez, sur les genoux, les cuisses ou entre vos jambes et pour finir fermez les yeux. Il existe des techniques de méditation ou nous avons les yeux ouverts voir mi ouvert, je ne connais pas ces techniques, mais en général la méditation de pleine conscience se pratique les yeux fermés, à part dans le cas de la méditation en marche bien-sur qui se pratique dans certaines techniques de méditation Vipassana, ou encore en méditation Zen Sôtô. La technique de méditation de pleine conscience appelée Vipassana que j’ai étudié se pratique uniquement assis.

 

Au début, si vous n’avez jamais médité, vous allez avoir très rapidement des douleurs et vous aurez du mal à tenir droit, surtout assis en tailleur, vous aurez l’impression de ne pas y arriver et de ne pas tenir en place. Il ne faut surtout pas que cela vous inquiète et vous décourage, nous y sommes tous passé, au fur et à mesure des jours vous vous verrez progresser, être de plus en plus stable et avoir de moins en moins de douleurs.

 

Quand vous commencerez à pouvoir rester 30 minutes assis sans bouger et sans avoir de douleurs, vous commencerez à travailler sérieusement et à avoir des résultats.

 

 

 

La technique de la méditation de pleine conscience

 

 

Pour le côté technique, il y a énormément de choses à dire et à développer, aussi en fonction de notre niveau, dans cet article nous verrons la base pour débuter.

 

La première chose à faire en méditation est de calmer notre esprit afin de pouvoir ensuite observer tous les phénomènes physiques et mentaux sans relâche et ainsi développer notre concentration et notre attention. Plus notre concentration s’approfondi et notre attention se développe plus nous somme capable de nous observer en détails, c’est cela la méditation de pleine conscience.

Au niveau de nos sensations physiques nous arrivons à un stade ou nous ressentons des sensations partout ou nous posons notre attention à la surface et à l’intérieur du corps, et également au niveau des émotions négatives que nous commençons à pouvoir observer avec du recule comme si nous regardions des voitures passées dans la rue. Arrivé à ce stade, votre vie commencera à changer car vous commencerez à changer de l’intérieur, vous libérerez votre esprit au niveau de l’inconscient, là où sont enracinés tous nos problèmes, c’est cela le but de la méditation de pleine conscience.

 

Pour calmer notre esprit nous devons nous concentrer sur un “objet” et maintenir notre attention. Un des objets les plus couramment utilisé et que nous avons toujours avec nous, c’est la respiration. Observez votre respiration, essayez de sentir l’air entrer et sortir de vos narines, au début peut-être que vous ne le sentirez pas mais avec la pratique vous le sentirez de plus en plus, même avec un souffle faible vous ressentirez le souffle passé sur votre menton par moment. Toutefois même avec l’entrainement, nous avons des moments ou nous ressentons plus rien, notre esprit devient grossier, incapable d’observer des sensations grossière et incapable d’être attentif et concentré, cela est normal, tout va en dents de scie, la progression n’est jamais linéaire, comme dans n’importe quelle pratique, par contre se sont des dents de scie montante et la courbe moyenne progresse en montant si on veut.

 

Vous voilà assis en train d’observer votre respiration. Seulement voilà, vous serez vite pris d’agitation et de pensées en tout genre, vous vous évaderez régulièrement, parfois pendant 5 ou 10 min et d’un coup vous vous rendrez compte que vous n’êtes plus du tout en train d’observer votre respiration et vous vous direz, je n’arrive pas à méditer. En réalité prenez cela comme une chance de développer votre attention et votre concentration, revenez à votre respiration, encore encore encore et encore, cela fait partie de la pratique, même à un stade avancé comme expliqué, c’est grâce à la difficulté que nous renforçons notre esprit, tout comme un arbre se renforce à l’épreuve de vents fort.

 

Quand vous traverserez des moments difficiles, souvenez vous bien que c’est à ces instant que vous progressez très rapidement, une fois la tempête passée, vous sentirez que quelque chose c’est passé en vous, vous avez libéré quelque chose. Et ainsi de tempête en tempête, vous subirez une véritable transformation intérieur plus que palpable, vous ressentirez une énergie que vous n’avez jamais ressenti. Seulement cet état est impermanent, par contre les changements qui s’opèrent en vous, sont pour ainsi dire acquis, vos schémas de fonctionnement inconscient, vos réactions, vos émotions subissent de véritables changements.

 

Soyez fort, patient et déterminé, il ne faut pas lâcher l’affaire et vous verrez, vous progresserez très vite et vous sentirez rapidement les premiers bienfaits arriver, le calme, le bien-être, l’apaisement et l’énergie. Cela viendra, partira, reviendra, repartira et petit à petit, ils s’installeront de plus en plus et vous changerez de plus en plus.

Pour commencer, pratiquez 10 min, puis petit à petit augmentez jusqu’à 30 min voir 45 min à 1 heure. C’est selon le temps dont vous disposez et les résultats que vous souhaitez obtenir, plus nous pratiquons longtemps plus nous avons de résultats et ceci de façon exponentielle, que ce soit en terme de résultats et de rapidité de résultats.

 

Ne vous méprenez pas, méditer 5 ou 10 min par jour ne vous apportera aucun résultat ou alors ils seront insignifiants. Tout comme nous ne pouvons pas obtenir de résultats dans la pratique d’un sport ou encore d’un instrument de musique avec 5 min de pratique par jour, il en va de même pour la méditation.

 

 

Je vous souhaite une belle réussite dans votre pratique de la pleine conscience



2 thoughts on “Comment débuter la méditation de pleine conscience ?”

  • Bonjour!par où commencer..il y a quelques mois de ça, un soir en regardant la télé avec mon compagnon une crise est arrivée sans prévenir..j’ai tout d’abord pensé que j’allais mourir..puis urgence..lendemain médecin ..puis plusieurs spécialistes ayant une oppression thoracique..puis maintenant gêne dans la mâchoire ,boule dans la gorge..maux de tête fréquents..on m’a parlé de spasmophilie ..de dépression..on me propose des antidépresseurs que je me refuse de prendre..car je pense que ca n’arrangera pas les choses..mais les masquera..mes maux veulent me dire quelques choses qu’il faut que je comprenne..bref..après plusieurs visites de plusieurs sites..je tombe sur le votre..je me reconnais dans l’hypersensibilité (un rien me touche,mon cerveau tourne en boucle sur un moindre détail,petite dispute, les drames que peuvent avoir les gens dans l’actualité me touchent réellement beaucoup trop..et j’en passe)..je viens d’essayer la méditation..je n’ai pu essayer que 12 minutes tellement ma tête tournait comme dans un manège ..et quand jai enfin ouvert les yeux,je n’arrivais pas à fixer un point fixe…mes yeux sautaient..est ce normal??en attente d’une réponse de votre part..merci

    • Bonjour !
      Je vais vous contacter par mail, on va essayer d’arranger tout ça. Il faut rétablir l’équilibre énergétique en travaillant sur l’ensemble corps/esprit.
      Les détails de votre problème, je ne les connais pas, je ne peux que travailler sur l’ensemble du problème. Les détails ce n’est pas tellement intéressant et ça nous donne pas forcement de solutions. Il faut faire un travail global de rééquilibrage.
      Très bien au sujet des antidépresseurs, vous avez tout à fait compris.
      Pour la méditation, il va falloir travailler d’abord la concentration pour calmer l’esprit.
      Les yeux qui bougent comme ça, ça ressemble effectivement à des spasmes. Le système nerveux à l’air de capoter.
      Pour l’oppression thoracique et la boule dans la gorge, c’est pile au niveau des centres énergétiques (chakras, glandes endocrines), l’énergie circule mal, les sécrétions hormonales doivent sans doute mal se faire aussi.
      Après, c’est des symptômes en cascade, dans le corps tout est lié et s’influence mutuellement. Il faut rééquilibrer tout ça.
      Je viens vers vous tout bientôt. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *